November 30, 2021

Deciliiter.ne

Breaking News Breaf

Bubble iT fait pétiller ses ventes grâce au crowdfunding



Ecofriendly, fabriquée en France, légère… l’eau pétillante Bubble iT est dans l’air du temps. Sa recette est simple : verser le contenu d’un cocktail de bicarbonate de potassium et de sodium, d’acide malique, et de fibres alimentaires dans de l’eau plate pour produire l’effervescence. Ces bulles à faire soi-même relèguent au placard bouteilles plastiques et machines à cartouche aluminium.

Jean-Michel Ginèbre et Antoine Gillain sont les cofondateurs de cette start-up qu’ils ont simplement appelée Bubble iT Drinks. Ces entrepreneurs n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’il s’agit là de leur 4e société. Tous deux sont cavistes et associés depuis 16 ans.

Pour lancer leur nouveau business, ils ont lancé en juin 2020 une campagne de précommandes sur Ulule. « Elle a cartonné ! Nous avons réalisé plus de 30.000 euros de préventes », témoigne Jean-Michel Ginèbre.

Mobiliser sa communauté et au-delà

Le premier kit Bubble iT a été commercialisé dans la foulée de la campagne de
financement participatif
. Très vite, les deux entrepreneurs dépouillent les retours clients. « Extrêmement positifs sur 90 %, mais mitigés pour les 10 % restants. Nous avons remis l’ouvrage sur le métier pendant six mois puis lancé une seconde campagne sur Kisskissbankbank ». Cette deuxième campagne de précommande est toujours en cours. L’objectif de 500 préventes est d’ores et déjà largement dépassé !

De ces deux crowdfunding, les deux entrepreneurs ont tiré de précieux enseignements. « Il est essentiel de bien fixer son objectif de campagne. S’il est trop bas, vous n’êtes pas pris au sérieux. S’il est trop haut, vous ne l’atteignez pas et ne pouvez pas bénéficier de l’effet démultiplicateur de la plateforme », résume Jean-Michel Ginèbre.

Une fois le premier objectif atteint, le projet est boosté grâce à deux leviers :
une newsletter
et une mise en avant sur page d’accueil du site, ce qui permet de s’extraire du magma des 500 projets en ligne. « En une journée, le nombre de contributeurs a doublé ! ». Autre accélérateur : l’urgence. « S’il ne reste plus que trois jours, les internautes se précipitent. Il ne faut donc pas atteindre l’objectif trop vite sinon la campagne plafonne et on perd le bénéfice de la mise en avant. »

Relations presse et réseaux sociaux

Autre enseignement, la nécessité de bien préparer sa communication en amont pour pouvoir relancer la campagne dès qu’un pallier est franchi. Mise à jour de la page sur le site, relance sur les réseaux sociaux, communiqués de presse… l’idéal est de rédiger un maximum de contenu avant même le top départ. Seule une campagne dynamique et positive permet d’élargir le cercle de contributeurs au-delà des seuls proches.

Pour toucher le grand public, Bubble iT a aussi choisi d’investir dans un publirédactionnel. « Nous avons opté pour le site PositivR, un site internet qui jouit d’une crédibilité auprès des internautes. Nos préventes ont bondi », poursuit Jean-Michel Ginèbre. La start-up a également lancé une campagne de relation presse automatisée pour seulement 500 euros, décrochant un passage sur Europe 1.

Attention, en revanche aux promesses des
réseaux sociaux
. « J’ai dépensé 350 euros de publicité sur Facebook pour une vente ! Il faut disposer d’un vrai budget et se faire accompagner par un expert », recommande l’entrepreneur. Au final, il met en garde contre les investissements inconsidérés. « Si on retire tous les frais, on ne récolte jamais de grosses sommes en crowdfunding. »